logo
slogan

Portrait et défis du secteur

Portrait synthèse du secteur

L'industrie des pêches et de l'aquaculture commerciales occupe une place importante dans l'économie des régions maritimes du Québec.

Les mandats du Comité sectoriel de main-d'œuvre des pêches maritimes (CSMOPM) couvrent les différents secteurs d'activité suivants, qu'il importe de bien distinguer d'entrée de jeu :

  Capture Aquaculture en eau douce (pisciculture) Aquaculture en eau salée (mariculture) Transformation des produits marins Commercialisation
Principales activités  Ce secteur fait référence à la capture de poissons et de crustacés destinés à la vente.

Capture de crabes des neiges, de homards, de crevettes, de poissons de fond et autres.
Ce secteur fait référence à l'élevage de poissons (pisciculture), qui se pratique principalement en système entièrement ou partiellement clos.

Élevage des salmonidés, principalement la truite arc-en-ciel et l'omble de fontaine.
 
Ce secteur fait référence à l'élevage d'organismes vivants en eau salée.


Élevage de la moule, du pétoncle et de la mye.
 
Ce secteur représente le maillon entre la pêche et la consommation des produits marins transformés.

La transformation touche les produits frais, cuits et congelés.
Ce secteur fait référence à des poissonneries indépendantes.

Activités destinées à la commercialisation des espèces marines.
 
Nombre d'entreprises  1 026    88 27    146   182  
Nombre d'employés 2 881  169  
118  5 090   300  

Sources: Diagnostic de la main-d'oeuvre dans l'industrie des pêches et de l'aquaculture commerciales, mars 2014, Comité sectoriel de main-d'oeuvre des pêches maritimes.

 

Quelques caractéristiques socioéconomiques de notre secteur

L'industrie québécoise des pêches et de l'aquaculture commerciales regroupe un total de 1 469 entreprises pour la plupart de petite taille.


La distribution géographique des sous-secteurs des pêches et de l'aquaculture commerciales sur le territoire québécois se présente de la façon suivante.

Secteur Principales régions d'exploitation
Capture  Gaspésie, Bas-Saint-Laurent, Îles-de-la-Madeleine, Côte-Nord
Aquaculture en eau douce (pisciculture)  Estrie, Mauricie, Chaudière-Appalaches
Aquaculture en eau marine (mariculture)  Gaspésie, Îles-de-la-Madeleine, Côte-Nord
Transformation des produits marins  Gaspésie, Bas-Saint-Laurent, Îles-de-la-Madeleine, Côte-Nord, régions urbaines
Commercialisation  Province de Québec

 

Tendances et dynamique du secteur


Les perspectives sectorielles prévoient une concurrence mondiale de plus en plus forte.

Voici la valeur des expéditions, des débarquements et des ventes au Québec en 2012

Secteur Valeur en millions de dollars
Capture  160,7
Pisciculture  10,6
Mariculture 0,6
Transformation des produits marins (régions maritimes)  367

Source: Diagnostic de la main-d'oeuvre dans l'industrie des pêches et de l'aquaculture commerciales, mars 2014, Comité sectoriel de main-d'oeuvre des pêches maritimes.

 

Aperçu du portrait des ressources humaines

  • Les enjeux liés au développement de la main-d’œuvre sont :

    • le recrutement;

    • la saisonnalité des emplois.

    • la relève des postes de direction;

    • les conditions de travail;

    • les pratiques de gestion des ressources humaines;

  • Le taux de diplomation relié à la fonction est relativement élevé pour les postes de direction et les postes techniques, mais il est très faible pour les postes non spécialisés.

  • Les investissements en formation varient d'un secteur à l'autre, mais sont relativement faibles.

  • La formation à l’interne, la recherche de l’expérience ainsi que la formation continue semble être les mesures adoptées par les entreprises pour pallier au manque de main-d’œuvre qualifiée.

  • Une proportion élevée des métiers est de nature manuelle et demande une exigence physique. Toutefois, certains changements apportés (notamment des innovations technologiques) ont rendu le travail moins difficile physiquement et plus attirant.

  • Les travailleurs de l’industrie des pêches et de l’aquaculture commerciales sont plus âgés et moins scolarisés comparativement à ceux de l’ensemble de l’industrie du Québec.

  • Le nombre d’emplois de l’industrie des pêches et de l’aquaculture commerciales est stable depuis les 3 dernières années.

Source: Diagnostic de la main-d'oeuvre dans l'industrie des pêches et de l'aquaculture commerciales, mars 2014, Comité sectoriel de main-d'oeuvre des pêches maritimes.

 

Défis et perspectives de l'industrie et des entreprises qui la composent 

  • L’industrie dépend des ressources halieutiques. La variabilité de l’état des stocks de poissons et de fruits de mer est un défi perçu par les entreprises.

  • L’installation de nouveaux équipements pour améliorer la performance et la productivité est une tendance dans l’industrie. Une proportion élevée des entreprises de l’industrie ont fait des investissements majeurs au courant des 3 dernières années afin d’améliorer leur performance et leur productivité. Elles prévoient poursuivre ces investissements pour les 3 prochains ans.

  • La concurrence internationale est forte. Le consommateur privilégie bien souvent l’achat de produits à des prix compétitifs, mais il recherche également des produits de qualité et issus d’une pêche durable. Faire connaitre l’offre de produits québécois et la différencier de celle provenant de l’extérieur constitue un enjeu important.

  • En matière de développement durable, l’industrie doit continuer à viser l’adoption de pratiques durables respectueuses des dimensions environnementales, économiques et sociales.

  • Les entreprises évoluent dans un contexte, où, pour assurer la rentabilité, elles doivent maintenir et accroitre leur compétitivité, se moderniser, se diversifier et innover.

Source: Diagnostic de la main-d'oeuvre dans l'industrie des pêches et de l'aquaculture commerciales, mars 2014, Comité sectoriel de main-d'oeuvre des pêches maritimes.

 

Orientations du Comité sectoriel de main-d'œuvre des pêches maritimes

Bien au fait des défis et des perspectives du secteur, le CSMOPM croit que le succès des entreprises passe par le développement des compétences et la valorisation des personnes qui y travaillent. Ainsi, il a ciblé les orientations suivantes dans sa planification stratégique 2015-2018 :

  1. Valoriser et promouvoir les métiers du secteur;
  2. Contribuer à améliorer les pratiques de gestion des ressources humaines dans les entreprises visant l’attraction et le recrutement de la main-d’œuvre;
  3. Soutenir le développement et la consolidation de la formation continue des dirigeants et des employés;
  4. Contribuer au développement de la relève pour les entreprises du secteur afin de faciliter leur tranfert;
  5. Sensibiliser les entreprises à l'amélioration de leurs pratiques en matière de santé et sécurité au travail.